Le CRABE TAMBOUR

, par  mansion , popularité : 7%


- Sur un escorteur chargé d’assister les chalutiers sur les zones de pêche de Terre-Neuve, un commandant (Jean Rochefort) et deux autres membres d’équipage se souviennent du Crabe-Tambour, un personnage qu’ils ont côtoyé pendant les guerres d’Indochine et d’Algérie.

- Et ce "crabe tambour" (lieutenant Willsdorf (Jacques Perrin)) est sur l’un des chalutiers.


- Le médecin (Claude Rich) évoque cet officier, toujours accompagné d’un chat noir, et qui se faisait appeler le " Crabe-Tambour ". Pourquoi ce surnom ? On l’appelait déjà "crabe" ou "vieux crabe" et comme il jouait du tambour sur son estomac après un bon repas, il était devenu "le Crabe-tambour".

- Ces réminiscences sont ressenties par le pacha comme autant de traits perçants, car lui aussi a connu cet homme et les circonstances de leur rencontre se sont à jamais gravées dans son coeur.

- Un conflit les avait notamment opposés au moment de l’abandon de l’Algérie et la blessure n’avait jamais été soignée.

- L’unique raison qui motivait l’embarquement du commandant pour cette mission (il était rongé par un cancer du poumon), c’était cette ultime rencontre avec "le Crabe Tambour" devenu capitaine de chalutier pour oublier son passé.


Combien ont-ils été, les anciens d’Indochine et d’algérie, à vouloir renoncer à retrouver la vieille Europe. Le médecin est l’un d’eux, qui avait laissé son ami le "Crabe Tambour" rentrer seul en métropole. Peut-être est ce pour mourir en paix avec lui-même que le commandant a voulu se manifester auprès de l’homme qu’il avait renié, peut-être est ce un pardon que le "Crabe Tambour" adresse à cet homme au crépuscule de sa vie sous la forme d’un adieu interminable transmis en scott. C’est à ce moment-là que l’on mesure la solitude du commandant face à l’imminence de la mort.

Le film est sorti en salle en décembre 1977 et a reçu trois Césars dont celui de meilleur acteur pour Jean Rochefort et meilleur second rôle pour Jacques Dufilho. Le film de Pierre Schoendoerffer est un monument d’authenticité et le fait d’avoir été tourné en continu sur un bâtiment de la Marine pendant sept semaines y est pour beaucoup.


Pierre Guillaume, qui a inspiré à Pierre Schoendoerffer le personnage du "Crabe Tambour", est décédé à Paris le 3 décembre 2002 à l’age de 77 ans.

Sa vie :
- 1957, il prend en Algérie le commandement du Commando à la tête duquel son frère Jean-Marie a été tué.
- En avril 1961, il participe au putsch d’Alger
- Jugé le 17 août 1961, Il est condamné à 4 ans de prison avec sursis.
- Il rejoint l’OAS et le Général Jouhaud à Oran.
- Le 24 mars 1962 il est arrêté et sera condamné à 8 ans de détention dont il purgera une bonne partie à la prison de TULLE.