Vous êtes ici : Accueil » FILMOGRAPHIE » LA VALISE A LA MER

LA VALISE A LA MER

D 31 décembre 2005     H 11:55     A mansion     C 0 messages


agrandir

Film couleur en 35mm de Dieter Reifarth et Bert Schmidt
1991 - Durée : 14 mn

Portrait de l’artiste française Nicole Guiraud qui, au moyen d’objets et d’environnements, tente une
reconstitution de ses souvenirs, un "journal de bord" en plusieurs dimensions : l’enfance, la mer, Alger, la guerre d’Algérie, l’attentat, l’exode, l’exil,... et peut être le retour.

Nicole Guiraud est née en 1946 à Alger
1962 : c’est l’exode en France
1968 : Études aux Beaux-Arts de Montpellier
Puis elle vit et travaille comme artiste libre à Francfort et à Montpellier depuis 1972.

Un quart d’heure de spectacle. La caméra détaille de très près les bibelots tirés de la valise et posés sur le
sable, dans un cercle tracé à la chaux. Les objets-symboles succèdent aux objets-souvenirs et servent de
repères, de jalons, le long du temps qui passe. La voix triste égrène pendant ce temps doucement son chapelet de
douleurs.

Elle raconte l’enfance, l’attentat, l’exil, la quête d’autre chose qui toujours se dérobe ... ces temps merveilleux et terribles de l’ Algérie.

Une grande émotion émane de ce film bâti avec des riens et servi par des phrases d’une grande sobriété.

Lors d’un attentat au début de la guerre d’Algérie, Nicole Guiraud a perdu un bras. Puis le déracinement et l’exil
ont marqué sa vie. Ce journal intime permet à la caméra une plongée dans ses souvenirs : Au cours d’une séquence de montage qui commence avec des cartes postales, recouvertes progressivement par des photos montrant les victimes de la guerre, la caméra reste baissée au ras des images.

Sa voix exprime aussi bien le désespoir que la révolte.
La fin du film reste ouverte ...

Le retour a peut être commencé. Sur le sable, l’image du cercle rompu, la flèche et la lettre indiquant le Sud, accompagnent ces mots tout simples : « le voyage, le bateau, la mer... »

Source ...
Cercle Algérianiste Lyon

Dans la même rubrique

31 décembre 2005 – PEPE LE MOKO