Colonisés, ils ont dit colonisés ?

, par  websahib , popularité : 8%

Cet article est publié pour Lucienne PONS qui suite à quelques acrobaties s’est cassé le bras droit...

Il est de mode de nos jours dans certains espaces médiatiques de répandre des larmes sur les prétendus méfaits de la colonisation Française en Algérie. Les anciens porteurs de valises du FLN, leurs héritiers intellectuels et leurs émules y vont tous de leur colloque pour soutenir le chœur des Algériens qui auraient été soi-disant opprimés et réduits en esclavage, lors de la présence des Français en Algérie. Officiellement des campagnes sont menées pour une réconciliation avec l’Algérie ! Ils vont même jusqu’à demander des excuses et des réparations, mais surtout des subventions. Nos dirigeants reçoivent des insultes avec une tolérance complice .On peut s’interroger en toute bonne foi si en retour ils n’en reçoivent pas des récompenses, à moins que dans leur mansuétude masochiste ils ne préfèrent tomber leur pantalon et présenter leurs fesses pour y recevoir des coups de pied. Cette comédie a assez duré, il faut qu’elle cesse pour l’honneur de la France.

Quel historien impartial aura le courage de se plonger dans l’histoire de France et dans les statistiques pour publier le nombre d’hectares assainis et mis en culture par les Français et les Européens de la conquête de leurs propres mains avant que leur moyen ne leur permettent d’embaucher des indigènes au tarif fixé par les lois Françaises, combien de villes et de villages édifiés, combien de milliers de kilomètres de routes construits, combien de mines de fer et de phosphate mises en exploitation, combien de gisements de pétrole et de gaz découverts et mis en production, combien d’hôpitaux construits, combien de maladies endémiques éradiquées ? Il faut être singulièrement ignorant et de mauvaise foi pour renier les bienfaits de la colonisation.

Les Algériens qui peuplent l’Algérie de nos jours sont pour 80 % nés après l’indépendance : leur histoire leur a été inculquée par le FLN et sa fausse propagande, leur religion musulmane a été dénaturée par les islamistes, tous ces faux enseignements dirigés contre l’occident en général et les Français en particulier s’agissant de l’Algérie leur créent un état d’esprit de revendications morales, si l’on peut dire, mais surtout financières dans lesquelles ils se complaisent, encouragés en cela par de faux intellectuels Français qui espèrent en tirer profit soit pour se rendre connus dans des milieux où il est d’usage de se lamenter en paroles sur le triste sort de l’humanité en général, mais surtout quand une partie de cette humanité est contre la France. Assez de fantasmes, de mensonges et d’illusions sur leur passé ! Nous les avons délivré de la domination turque qui les maintenait d’une main cruelle dans une économie moyenâgeuse et encourageait leurs actions de pirateries en Méditerranée, alors qu’en Europe l’ère industrielle donnait ses premiers fruits, nous les avons tiré de la maladie et de l’ignorance et libéré en partie de la main mise des chefs religieux sur leur propre vie en leur garantissant des droits civils tout en respectant leur religion, nous leur avons inculqué l’esprit d’une liberté individuelle dont ils ignorait même qu’elle pouvait exister ! Il ne faut pas oublier qu’à cette époque en France les conditions d’existence des classes laborieuses n’étaient pas celle d’un Pérou mythique et s’il y eu quelques abus en Algérie, ils ne faisaient que refléter l’ambiance générale de la France qui étendaient non seulement ses lois, sa justice mais encore ses pratiques économiques sur ce territoire conquis. Rendre les Français et les Européens d’Algérie responsables de la politique coloniale de la France c’est prendre à toute allure un raccourci que certains ignorants prennent le feu au cul, sans réflexion.

Il faut noter que dès 1890 et même un peu avant des individus et des groupes venus de France pour ramasser le gâteau rachetaient à bas prix des terres assainies par feux les premiers colons sur lesquelles leurs enfants ne pouvaient se maintenir par suite des partages successoraux. Mais même ces rachats n’ont donné lieu qu’à de rares injustices qui resteraient encore à prouver.

Il ne suffit pas de critiquer, pour pouvoir se plaindre il faut avoir participé, or les algériens qui ont participé avec les Français à l’essor de l’Algérie Française ne sont pas ceux qui se plaignent, non ce sont les autres ceux qui encouragés par les partis politiques ou religieux extrémistes se sont toujours dressés contre quelque forme que ce soit de coopération ou de participation avec l’Occident., tout en exigeant des subsides comme si le monde entier leur devait leur nourriture

Evidemment entre individus il y a toujours et en toute époque des conflits personnels et des divergences de cultures, de religions et de vues politiques, mais de là à généraliser quelques faits ou affrontements isolés qui ont pu exister et à en faire une montagne de mensonges et d’accusations injustes, il y a une marge historiquement vérifiable dans les textes que personne n’a le droit de mettre en doute : il suffit de lire tous les rapports de la colonisation, du début jusqu’à la fin de la présence Française en Algérie ; ces documents authentiques et officiels sont déposés à la Bibliothèque nationale et dans d’autres Centres d’Archives.


J’aimerais bien que certains qui crient haut et fort « on nous a colonisé, on nous a réduit à l’esclavage » ! s’impliquent d’une façon personnelle dans ces accusations et déclarent individuellement « je suis victime de tels agissements, en voici les preuves contrôlables » : qu’ils en soient certains si les faits s’avèrent exacts la Justice Française fera son devoir !

Voilà ce que j’attends de ces conteurs de foire érigés en orateurs de colloques tendancieux.

La langue fait des trous et des bosses, il suffit de savoir s’en servir pour dire tout et n’importe quoi, sans compter les fictions cinématographiques produites par de faux intellectuels qui imaginent se distinguer ou faire un scoop sur les écrans en montrant une histoire de France et d’Algérie tronquée et mensongère qui reflète l’état d’esprit morbides de ces faux-culs. J’aimerai bien savoir si la France et l’Algérie leur ont accordé des subventions pour tourner ces films. Ce serait le comble !

A qui veulent-ils plairent, qui veulent-ils séduire pour satisfaire leurs vices ? Qui veulent-ils convertir à leurs faux arguments, pourquoi veulent-ils convertir des adeptes et à quelles fins ? Je ne peux imaginer qu’il s’agisse d’une simple démarche intellectuelle humaniste de bon aloi, non je suis persuadée qu’il s’agit d’une démarche à but lucratif. Qui finance ?

Les références des actions bénéfiques de la colonisation Française en Algérie, dans ses autres colonies d’Afrique et ses protectorats anciens, sont authentiques et vérifiables : elles existent en textes officiels de la Bibliothèque Nationale, dans les Centres d’Archives et dans les archives de certains Ministères Français, et croyez-moi le bilan est tout à notre honneur collectif.

Alors que les langues de vipères se taisent ! La France généreuse n’a pas besoin d’insultes pour desserrer l’argent de ses contribuables et le verser par milliards d’euros en subventions imméritées, que nos anciens colonisés se contentent de tendre leur main et se la laisse remplir, même si elle est encore teintée du sang des Français et Européens d’Algérie, des militaires Français et Pieds-noirs et de nos fidèles hommes d’honneur et de parole les Harkis. Tuer et réclamer c’est hélas ce que certains, je dis bien certains, savent le mieux faire. Au lieu de se conduire en mendiants revendicatifs, et d’agiter du vent comme des moulins à paroles dans des colloques pseudo universitaires et surtout politicards, une recommandation : Si vous vous mettiez à devenir adultes et à gagner votre argent et la prospérité de votre pays en travaillant comme tout le monde avec dignité sans que votre Gouvernement n’ait à le quémander à la France et dans d’autre Pays ?

Nous vous avons laissé en 1962 de quoi vivre dignement, maisons meublées, fermes équipées, réseaux routiers, réseaux électriques et téléphoniques, des moyens d’irrigation, des équipements, des industries et des commerces prospères, des structures et infrastructures, le tout en parfait état de fonctionnement, sans compter les immenses gisements de gaz et de pétrole en production dont la France quelques années après l’indépendance vous a fait un cadeau royal.

Il vous suffisait de prendre la suite et de vous mettre à l’œuvre sans avoir besoin de recourir à des ingénieurs et techniciens russes et d’autres peuples qui se sont succédés chez vous depuis 1962 et dont en définitive vous n’avez pas été vraiment satisfaits.

J’AJOUTERAIS QUE L’ON NE PEUT ETRE SATISFAIT QUE QUAND ON ACCOMPLIT SOI-MEME SON TRAVAIL , CAR COMME ON LE SAIT LA CRITIQUE EST FACILE MAIS L’ART EST DIFFICILE . A bon entendeur Salut !