]
Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

INFO 703 EL-ARROUCH

, par  Jean Claude ROSSO , popularité : 3%
Dans l’Est algérien, culminant à 132 mètres d’altitude, la commune d’EL-ARROUCH est proche de son chef lieu départemental PHILIPPEVILLE situé au Nord et à 30 Kilomètres.

Sous le nom de vallée de PHILIPPEVILLE on peut désigner le couloir que constituent de Philippeville à Constantine l’oued SAF-SAF et l’oued EL-KEBIR, prolongés par leurs affluents. Il y a dans cette région quelques unes des plus riches terres agricoles de l’Algérie ; la colonisation s’y porta dès le début de la conquête.

Une colonne mobile sous les ordres du général NEGRIER forte de 1 200 hommes d’Infanterie, de 250 chasseurs ou Spahis et de 300 cavaliers de goum, partit le 7 avril 1838 de CONSTANTINE pour STORA. Elle bivouaqua le soir aux EULMAS, le second jour à EL–ARROUCH. Les premiers détachements militaires s’installèrent à demeure à EL-ARROUCH où quatre bastions, encore visibles à notre époque, assuraient la défense du camp.

En 1841, la banlieue de Philippeville reçut des colons agricoles (650 recensés en 1851) ; en 1844 furent créés les villages de VALEE, DAMREMONT, SAINT-ANTOINE et EL-ARROUCH.
Par deux fois le Gouvernement dû repeupler ce centre de colonisation, les colons ayant été décimés par le choléra et les tremblements de terre.

Lorsque l’on songe à de pareilles calamités, qui ont anéanti toute une population, on ne peut retenir son admiration devant le courage et la ténacité des émigrants, bavarois ou alsaciens, qui relevèrent ces ruines et, après avoir couché dans la glaise du cimetière les êtres les plus chers, ont continué cependant leur labeur quotidien.

Je vous invite à découvrir l’histoire de cette localité grâce aux auteurs cités tout au long de cette monographie.

BONNE JOURNEE A TOUS.
Jean-Claude ROSSO

Navigation